Peut-on réussir son rêve immobilier en Floride?

House in good hands - Immobilier Floride

Photo par thinkpanama sur Flickr

 

Pourquoi le journaliste Jean-François Venne ne voulait-il pas m’envoyer une copie de son article « Réussir son rêve floridien » paru dans l’édition de Novembre 2014 de Les Affaires Plus? J’ai dû m’abonner à la version en ligne afin de le lire et comprendre.

L’heure juste pour les média ne rapporte pas. Il vaut mieux faire une esquisse, créer une ombre, voire même une illusion, pour modifier la réalité. On omet des faits pour faire passer son message. Avec tout ce qu’on lit en presse et voit à la TV, on ne peut plus vraiment faire confiance aux intermédiaires, les média.

J’ai raconté à M Venne mes histoires d’investissements immobiliers en Floride depuis les vingt ans que nous habitons ici. Je me suis attardé sur la crise de 2006-2008, parce que c’est ce qui l’intéressait comme tant d’autres. Il a choisi d’écrire sur un passage de ma vie qui montre les bas de l’immobilier et me présente comme un perdant. C’est tout à fait erroné et mal à propos.

M Venne a oublié de mentionner qu’avant d’acheter ce fameux condo qu’il décrit comme notre perte, nous venions de vendre notre maison de Coral Springs. Elle avait 4 chambres à coucher et 3 salles de bains, une piscine entourée d’un patio gigantesque couvert et un terrain pleins d’arbres fruitiers exotiques. Le paradis sur terre.

Achetée 4 ans plus tôt en 2001, nous l’avons vendue en faisant un profit d’environ 300%. Oui! Trois-cents pour cent de profit en 4 ans. Est-ce ça un perdant?

À cette époque, les contrats d’achat étaient écrits sur les coffres d’automobiles aussitôt qu’une pancarte de mise en vente apparaissait sur la rue. Un marché de vendeurs comme on n’en avait jamais vu. Les maisons se vendaient alors au plein prix et même plus haut en moins d’une semaine la plupart du temps.

C’était évident que les prix des condos en 2005 augmentaient aussi mais nous avons quand même trouvé une très belle aubaine pour la région à Tamarac. L’année suivante ce condo avait presque doublé de valeur.

Nous avons décidé de mettre en vente ce condo et d’acheter une maison en 2008 au début de la dégringolade des prix de l’immobilier en Floride. Nous allions perdre à la vente du condo, on le savait. Il aura fallu un an pour le vendre après des baisses de prix régulières.

Par contre on gagnait en achetant une maison pendant que les prix chutaient. Aujourd’hui la maison où nous habitons depuis six ans a augmenté d’environ 55% de sa valeur. Pas mal encore pour un perdant, M Venne!

Nous sommes des investisseurs et des agents immobiliers, et nous habitons la Floride. Nous avons des hauts et des bas dans nos investissements, mais je crois que nous nous sommes très bien débrouillés et que M Venne s’est trompé sur notre histoire. C’est pourquoi j’ai voulu combler les lacunes de son article.

Warren Buffet a bien décrit nos actions en tant qu’investisseurs immobiliers: « Regardez les fluctuations du marché comme votre ami plutôt que votre ennemi; profitez de la folie des marchés plutôt que d’y participer. »

Pour un Québécois, un achat en Floride est différent: il veut, en général, acheter un condo pour venir y passer ses vacances ou hiberner en Floride pendant les six mois d’hiver.

Et ceux qui ont acheté après la folie des années 2006-2008 ont fait des affaires excellentes. Aujourd’hui, les prix remontent et leurs investissements commencent à avoir du poids. On revient un peu à la normale alors qu’il y a moins de reprises bancaires pour falsifier en baisse la valeur du marché. On fait encore de très bons investissements et ça continuera dans les années qui viennent.

Saviez-vous que les achats actuels sont 30% à 40% moins élevés que les prix de 2006-2008?

Jean Feuillet, REALTOR®

Vous informer … Vous conseiller … Vous protéger …
© 2014 – Jean Feuillet, P.A. – All rights reserved / Tous droits réservés.

 

%d blogueurs aiment cette page :